Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 20:44

J. Gadrey, économiste et spécialiste de la socioéconomie des services à modéliser l’approche de la relation de Goffman dans l’ouvrage L’économie des services, Paris, La Découverte (coll. Repères), 2003 de la manière suivante :

 


 

On peut appliquer ce modèle à la relation conseiller en insertion-jeune.

 

A = Le conseiller d’insertion.

B = Le jeune.

C = Accès à un emploi stable.

 

L’interaction entre conseiller en insertion et jeune repose sur les trois formes : technique, contrat et civilité. Il existe une proximité et un lien étroit entre le conseiller en insertion et le jeune qui sont dans une situation de coproduction. Cette coproduction doit permettre au jeune de construire un projet menant à un emploi stable. L’objectif est de passer d’une situation initiale d’échec scolaire, pour la plupart, et d’un statut de chômeur à un statut d’ « inséré professionnellement et socialement » par l’effet de l’activité du conseiller en insertion qui constitue un levier pour le jeune. Dans cette interaction conseiller-jeune, il y a un processus : l’accompagnement à l’emploi, qui doit aboutir à un résultat : un emploi stable.

En d’autres termes, on peut transposer le schéma ci-dessus en affirmant que l’activité du conseiller en insertion est une opération visant à une transformation de la situation initiale professionnelle et sociale du jeune réalisée par le conseiller d’insertion en relation avec le jeune. Les jeunes accumulent des ressources au contact de la mission locale qui leur permettent d’agir et de modifier leur situation initiale.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-christophe chantrelle - dans Approche interactionniste avec les jeunes
commenter cet article

commentaires