Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 16:51

Le 8 Février 2008, Nicolas Sarkozy, président de la république, a annoncé la mise en place d’un contrat d’autonomie expérimental pendant trois ans pour les jeunes dans le cadre du volet emploi et insertion professionnelle du plan banlieue. Je cite le discours du Président de la République. Une nouvelle politique pour les banlieues Palais de l’Elysée - Vendredi 8 février 2008 : « Je veux proposer aux jeunes un véritable contrat d’autonomie. Ce contrat, les jeunes le signeront avec des entreprises spécialisées dans l’insertion professionnelle. Nous allons sélectionner les meilleures. Elles travailleront avec les associations, les services de l’Etat, les missions locales et l’ANPE. Elles seront rémunérées selon leur performance.

C’est un nouveau service public d’excellence qui sera mis sur pied au cœur des cités

Avec le contrat d’autonomie, les jeunes qui en ont besoin pourront apprendre les codes nécessaires à l’insertion dans l’entreprise, sans lesquels la réussite est impossible et l’accès à un emploi difficile […] Voilà, les choses sont claires : ceux qui sont prêts à faire quelque chose pour eux-mêmes, l’Etat les aidera. Ceux qui ne veulent rien faire, l’Etat ne fera rien pour eux.

Le contrat d’autonomie c’est un signe de confiance adressé à toute la jeunesse et c’est une exigence, un appel à l’effort et au dépassement de soi. On ne rend pas service à la jeunesse en exigeant rien d’elle. Il y a toute une jeunesse qui ne demande qu’à travailler, qu’à entreprendre et qu’il faut aider, qu’il faut encourager. »

 

Cette mesure part du constat que le nombre de jeunes sans emploi de moins de 26 ans résidants en ZUS est estimé entre 150.000 et 200.000 et seulement 80 000 d’entre eux sont inscrits à l’ANPE.

 

C’est le 21 Avril 2008 que Fadèla Amara, secrétaire d’état de la politique de la ville, lance officiellement l’expérimentation dans 35 départements dont le Nord, auprès avec les préfets délégués à l’égalité des chances et aux sous-préfets chargés de mission pour la politique de la ville. Elle a insisté sur une « culture du résultat. »

 

Je cite Fadèla Amara lors de cette réunion : « Et quand je parle d’emploi, je ne pense pas à un emploi aidé. Je veux parler d’emploi durable. Vous connaissez comme moi les chiffres du chômage dans les quartiers. Comme moi, vous vous êtes arrachés les cheveux en entendant tous ces jeunes de banlieues qui vous disent qu’ils en ont marre de galérer, de chercher du boulot, et dans le même temps, ces chefs d’entreprise vous dire qu’ils ont beau chercher, ils n’arrivent pas à recruter.Ca ne pouvait plus durer. C’est pourquoi nous avons créé un dispositif novateur, qui sort des entiers battus, pour faire rapprocher le plus efficacement possible ces deux mondes qui s’ignoraient. Je veux parler du contrat d’autonomie. »

 

Ce contrat est destiné aux jeunes des quartiers Zone Urbaine Sensible (ZUS) de moins de 26 ans et sans emploi. Il concerne 100 000 jeunes à accompagner sur trois ans par un contrat d’apprentissage, une formation qualifiante ou vers un emploi durable.

Il est évident que ce contrat d’autonomie n’est pas novateur car ce dispositif ressemble à au Contrat d’Insertion dans la Vie Sociale (CIVIS) mise en place par les missions locales.

Son principe est expliqué dans un article sur le site internet du plan espoir banlieue intitulé contrat d’autonomie : « connecter les jeunes et les entreprises avec une obligation de résultat » et sur le site du ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi dont le sous-titre du document est « tout faire pour ne laisser aucun jeune au bord du chemin ; pour que chacun d’entre eux se voit proposer un stage, une formation ou un emploi ». D’ailleurs je cite cette dernière source qui classe en trois besoins les attentes des jeunes : 

 

« - Le besoin de travailler et d’en tirer un revenu rapidement.

 

-  Le besoin d’une remobilisation et d’une resocialisation intensive, puis d’une mise en relation avec l’entreprise après, si nécessaire, une étape de pré qualification

 

- Un besoin de suivi de proximité pour sortir de la spirale du chômage. »

http://www.espoir-banlieues.fr/IMG/pdf/Discours_integal-Nicolas_Sarkozy_08-02-08_cle611183.pdf

http://i.ville.gouv.fr/divbib/doc/discoursMinistreSPV24042008.pdf

Loi de cohésion sociale de Borloo en 2005.

http://www.espoir-banlieues.fr/article.php3?id_article=119

  www.minefe.gouv.fr/presse/dossiers_de_presse/plan_espoirs_banlieues/fiche_contrat_autonomie.pdf

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-christophe chantrelle - dans Contrat d'autonomie
commenter cet article

commentaires